MRM recentre son activité sur l'immobilier de commerce

Une inflexion stratégique initiée au moment de l’entrée de SCOR au capital de MRM

L’arrivée de SCOR SE comme actionnaire majoritaire de MRM en mai 2013 s’est accompagnée de la décision de donner une nouvelle orientation à la foncière. Constituée à l’origine pour être une foncière mixte, MRM se recentre désormais sur la détention et la gestion d’actifs de commerce en cédant progressivement ses immeubles de bureaux. MRM s’est donnée un horizon de moyen terme pour dérouler cette stratégie de façon optimale.

Valoriser le potentiel des actifs de commerce

MRM détient un portefeuille de biens commerciaux, situés en centre-ville ou en zone suburbaine, dont six centres commerciaux. Bien positionnés dans leur zone de chalandise, ces actifs sont loués aussi bien à des enseignes nationales qu’à des commerces indépendants. Afin de renforcer l’attractivité de ses actifs de commerce, MRM s’est engagée dans un important programme d’investissements destiné à en exploiter le potentiel de valorisation. MRM sera ainsi en mesure de tirer le meilleur parti de leurs atouts.

Depuis 2008 MRM a acquis un réel savoir-faire en matière de rénovation / restructuration de locaux commerciaux. Les programmes visent à constituer un mix d’enseignes attractif, cohérent et adapté au positionnement de chaque centre commercial, tout en améliorant le confort d’achat et l’expérience client. MRM a défini ces projets en intégrant les évolutions récentes du secteur du commerce, qu’il s’agisse des attentes des enseignes ou des comportements de consommation.

Les projets représentent une enveloppe d’investissement potentiel de l’ordre de 32 millions d’euros. Ceux-ci concernent ses différents centres commerciaux de proximité, comme Les Halles à Amiens, La Galerie du Palais à Tours, Le Passage de la Réunion à Mulhouse ou encore Sud Canal à Saint-Quentin-en-Yvelines, mais également ses autres actifs, comme Carré-Vélizy, ensemble mixte bureaux/commerces à Vélizy-Villacoublay, le retail-park Aria Parc à Allonnes (agglomération du Mans) ou encore la galerie marchande du centre commercial Carrefour à Ecole-Valentin (agglomération de Besançon). La situation financière saine de MRM, suite à l’opération de recapitalisation menée en mai 2013, ainsi que l’exécution de son plan de cession des actifs de bureaux lui donnent les marges de manœuvre financières suffisantes pour réaliser ces projets.

Renforcer l’état locatif des immeubles de bureaux pour mieux les céder

En mai 2013, MRM détenait 9 immeubles de bureaux. A l’exception d’un actif destiné à être cédé vacant (Urban à Montreuil), la politique de MRM consiste à les vendre en état stabilisé, avec un taux d’occupation des surfaces élevé et un état locatif sécurisé. Le désengagement de MRM du secteur des bureaux se fait donc progressivement, en se donnant le temps de poursuivre la commercialisation des surfaces actuellement vacantes avant de réaliser les cessions. Fin 2014, trois actifs avaient été vendus. Un quatrième  été cédé en 2015 et les trois nouvelles ventes de bureaux réalisées en 2016 portent le total des cessions à sept actifs. Le processus de cession des deux actifs de bureaux encore en portefeuille (Nova à La Garenne-Colombes et Urban à Montreuil) est en cours et MRM vise une sortie du segment des bureaux courant 2017.

Une gestion dynamique du portefeuille de commerces

Début 2017, MRM est en bonne voie pour finir de se désengager du secteur des bureaux. Le Groupe va désormais pouvoir concentrer l’ensemble de ses moyens et de ses ressources sur son patrimoine immobilier de commerces. Ceci passe en priorité par l’exécution des programmes de valorisation identifiés mais, également, par la possibilité de réaliser d’éventuelles acquisitions ou cessions opportunistes en vue d’une gestion de portefeuille dynamique.